Propositions de plan de gestion de la Basse Rivière d'Ain

Révision 2 - Plan de gestion BRA – janvier 2003

APPMA demanderesses :

  • APPMA de Poncin
  • APPMA de Jujurieux
  • APPMA de Pont d’Ain - Ambérieu - Varambon
  • APPMA de l ’Union des Pêcheurs de la Rivière d’Ain


Parcours concerné : la totalité des lots (du B16 au B34) de la Basse Rivière d’Ain gérés par les APPMA ci-dessus mentionnées, soit :

l’Ain sur 52 km du barrage d’Allement au confluent de l’Ain et du Rhône.


1°) Tailles réglementaires de captures :

a) Conformément au rapport de M. Henri PERSAT auprès de la D.D.A.F. de l’Ain en date du mois de juin 1994, nous proposons l’application d’une taille réglementaire de capture de l’ombre commun égale à 35 cm (voir également le rapport CSP-DR-N°10-98 de juillet 1998).

b) Conformément aux observations faites à l’écloserie de Château-Gaillard et sur la Basse Rivière d’Ain, nous proposons l’application d’une taille réglementaire de capture de la truite permettant une première reproduction soit 35 cm.

c) Sur les lots de la Basse Rivière d’Ain classés en 2ème catégorie, nous proposons de porter la taille réglementaire de capture du brochet à 60 cm et celle du sandre à 50 cm.

Ces tailles sont conformes à l’article L.236-5 du Code Rural qui fait mention de l’obligation pour une taille légale de capture d’être au moins égale à celle correspondant à l’âge de première reproduction. Ce n’est pas le cas actuellement dans la Basse Rivière d’Ain pour la truite et l’ombre commun.


2°) Nombre journalier de captures autorisées par pêcheur :

Nous proposons que la mesure prise par arrêté préfectoral (3 salmonidés dont 1 ombre au plus par jour et par pêcheur) soit appliquée dans le cadre du plan de gestion (cf rapport d’Henri PERSAT de juin 1994).

Pour les points 1°) et 2°), un affichage sera effectué sur tous les lots de pêche concernés par le plan de gestion, compte tenu du classement de la Basse Rivière d’Ain en Domaine Public.

Les modèles de pancartes seront harmonisés afin de faciliter l’information et le gardiennage.



3°) Période légale d’ouverture de la pêche :

Pour respecter les cycles biologiques (et notamment les périodes de reproduction) de l’ombre commun et de la truite sur la Basse Rivière d’Ain, nous proposons :

a) pour la truite : une période d’ouverture s’étendant du 2ème samedi de mars inclus au 3ème dimanche de septembre inclus soit la réglementation actuelle.

b) pour l’ombre commun : une période d’ouverture s’étendant du 2ème samedi de juin inclus au 2ème dimanche de novembre inclus (cf rapport d’Henri PERSAT de juin 1994).

En 2ème catégorie, nous proposons de calquer la période de fermeture de la pêche du sandre sur celle du brochet afin d’éviter les abus et de faciliter la garderie, ce qui conduit à une période d’ouverture du brochet et du sandre du 1er janvier inclus au 31 janvier inclus et du 15 mai inclus au 31 décembre inclus.


4°) Reproduction des salmonidés :

Afin de permettre la reproduction naturelle des salmonidés dans les meilleures conditions, nous souhaitons le maintien de l’actuelle convention passée avec EDF qui garantit un débit minimum de 28 m3/s pendant la période de reproduction des truites et des ombres communs.


5°) Timbre ombre :

Afin de financer l’application (information, surveillance et gardiennage) du plan de gestion et afin de responsabiliser les touristes-pêcheurs, nous souhaitons l’obligation d’achat d’un « timbre ombre » par les pêcheurs d’ombres qui opéreront après la fermeture de la truite, soit du lundi suivant le 3ème dimanche de septembre au 2ème dimanche de novembre. Ce timbre ombre pourrait être créé sur le principe déjà existant du timbre saumon.


6°) Réserves actives :

Nous souhaitons la mise en place de « réserves actives ». Ces réserves actives sont des lieux où tous les ombres et truites capturés doivent être remis à l’eau, quelle que soit leur taille ; tous les autres poissons pouvant être conservés.

Les lots précédemment en réserves de pêche seraient notamment mis en réserves actives lors de leur réouverture à la pêche et ce, pour une période de 2 ans. A l’issue de ces 2 ans, de nouveaux lots seraient mis en réserves actives pour 2 ans et ainsi de suite.

Ces réserves actives, très attractives pour le tourisme-pêche, permettraient également, par comparaison aux autres lots, d’évaluer l’impact du prélèvement par les pêcheurs sur les populations de truites et d’ombres.





AAPPMA de PONCIN AAPPMA de JUJURIEUX AAPPMA de Pont d’AIN AAPPMA de l’UPRA